Vous êtes ici : PassionPorsche

Immatriculation en hausse de 22 % pour Porsche en France

En 2019, la marque de voitures de sport de Stuttgart a dépassé son précédent record en immatriculant 5 572 véhicules en France, soit une augmentation de 22 % par rapport à l’exercice précédent. Au niveau mondial, la marque suit la même tendance puisque Porsche AG a livré 280 800 véhicules à travers le monde. Cela …

FacebooktwitterpinterestlinkedinmailFacebooktwitterpinterestlinkedinmail

Pour consulter l'article original et complet, cliquez ici.

Porsche Cayenne 1 occasion

2002 à 2010, à partir de 18 000 €

 

Lancé en 2002, ce Cayenne première génération « type 955/957 » fut le tout premier SUV de Porsche. Si les puristes – et la presse ! – crièrent au scandale, ce modèle a véritablement sauvé la firme de Zuffenhausen grâce à un succès planétaire qui se confirme trois générations plus tard. Malgré une ligne très pataude (restylée en 2007), ses immenses qualités lui ont assuré le succès. Doté d’un comportement à la fois rigoureux et relativement dynamique pour l’époque, compte-tenu de sa taille et de son poids (de 2,2 à 2,5 tonnes), il jouit d’un remarquable niveau de confort et d’une habitabilité XXL, même si la qualité de sa finition n’avait rien d’exceptionnel. Vaste choix de motorisations, V6, V8 et V8 turbo essence offrant de 250 à… 550 ch (V8 turbo S phase 2), sans oublier le fameux V6 3.0 litres diesel de seulement 240 ch que Porsche finit par lancer après avoir juré de ne jamais faire de diesel ! Si les tarifs débutent dès 8 000 € pour un ancien V8 S 340 ch, le meilleur choix est sans doute le V8 GTS phase 2, de 405 ch.

FIABILITE 3/5

Malgré son blason, cette première génération de Cayenne n’est pas plus à l’abri des ennuis que ses plus roturiers cousins, Audi Q7 et Volkswagen Touareg.

  • Moteur V6 diesel : des rampes d’injecteurs pouvant « exploser » ; relative fragilité des durits de refroidissement se fissurant.
  • Transmission : usure prématurée du palier d’arbre.
  • Boîte auto Tiptronic : à-coups, passages de vitesses erratiques, voire blocage (électrovanne).
  • Direction : rares cas de blocage à l’arrêt (électronique).

Exemples d’annonces

V8 GTS – 2008       123 000 km    18 000 €
V8 GTS – 2010       98 000…

FacebooktwitterpinterestlinkedinmailFacebooktwitterpinterestlinkedinmail

Pour consulter l'article original et complet, cliquez ici.

Porsche Panamera 1 occasion

2010 à 2016, à partir de 30 000 €

 

Digne héritière de la 928, qui demeura sans doute la meilleure GT de son époque durant près d’un quart de siècle, cette Panamera « 1 » fut moquée pour son physique quelque peu ingrat. Première berline de l’histoire de la marque – longue de près de 5 mètres – elle associe confort exceptionnel (suspension pneumatique) et espace pour quatre occupants, sans oublier un coffre généreux, à hayon. Remarquable dévoreuse de bitume, elle croise à 250 km/h sur Autobhan allemande, avec flegme, tout en se révélant étonnamment agile sur route secondaire. Equipant la grande majorité des modèles, sa transmission intégrale « 4S » permet de profiter sans aucune arrière-pensée du panache et des performances de son V8 4.8 litres de 400 ch, le plus souvent associé à l’efficace transmission robotisée à double embrayage PDK. On pourra toutefois se « contenter » de la version d’entrée de gamme, V6 3.6 litres, qui offre déjà 300 ch (4×2 ou 4×4).

FIABILITE 3/5

Cette première génération de Panamera déplore un nombre de défaillances inhabituel chez Porsche.

  • Transmission et boîte PDK, en particulier : des défaillances (radiateur…).
  • Pompe à eau : des remplacements.
  • Gestion de stabilité PASM & amortissement pneumatique piloté (compresseur) : des dysfonctionnements.
  • Habitacle : défaillance de la clim’ (ventilateur), de la fermeture centralisée, des lève-vitres… ; apparition de « rossignols ».

Exemples d’annonces

4S PDK – 2010       87 000 km      36 000 €
4S PDK -2009       49 000 km      39 900 €

A lire aussi sur…

FacebooktwitterpinterestlinkedinmailFacebooktwitterpinterestlinkedinmail

Pour consulter l'article original et complet, cliquez ici.

Porsche 911 type 997 occasion

2004 à 2011, à partir de 35 000 €

 

Cette « type 997 » figure parmi les 911 « modernes » les plus homogènes et représente l’un des meilleurs choix en termes de rapport prestations/prix. Pas trop grosse et doté d’une ligne très harmonieuse, elle marque le retour aux traditionnels phares ronds. Elle offre un compromis idéal entre équilibre du châssis et caractère routier. La position de conduite contente tous les gabarits et son habitacle associe présentation moderne et finition impeccable. La sonorité moteur retrouve des couleurs, spécialement sur les phases 1, équipées de l’échappement actif PSE. Que ce soit la phase 1, 325 ch, ou la « 2 », 345 ch avec injection directe (2009), les performances progressent nettement tandis que les consommations se font toujours plus raisonnables. La boîte PDK figure parmi les transmissions robotisées à double embrayage les plus abouties de son époque. A privilégier à la boîte auto Tiptronic, qui nuit à la sportivité.

FIABILITE 5/5

Si les premières versions ont eu, comme les 996, à déplorer quelques soucis moteur, les phase 2 s’avèrent plus fiables.

  • Moteur : encore quelques soucis de roulements d’arbre intermédiaire avec risque de casse moteur (cf type 996) sur le 3.6 litres des phase 1 ; rayure des chemises de cylindres sur le 3.8 des S phase 1.
  • Trains roulants : jeu possible des biellettes de direction et des têtes d’amortisseurs AV.
  • Batterie se déchargeant assez rapidement en cas d’usage limité.
  • Optiques AV devenant opaques.
  • Habitacle : des « rossignols » ; usure des boutons de commande de clim.

Exemples d’annonces

Carrera 3.6 « phase 1 » – 2004       89 000 km      37 000 €
Carrera 3.6 PDK “phase 2” –..

FacebooktwitterpinterestlinkedinmailFacebooktwitterpinterestlinkedinmail

Pour consulter l'article original et complet, cliquez ici.

Porsche 911 type 996 occasion

1997 à 2004, à partir de 26 000 €

 

Dénigrée par les intégristes de la « 9.11 » en raison de l’adoption d’un refroidissement liquide – et non plus par air – et d’une face avant trop proche de celle du Boxster, cette type 996 est actuellement la plus abordable de la lignée, à défaut d’être la plus désirable. Si elle n’est plus aussi mélodieuse que celle du moteur « à air », la sonorité du « flat-six » demeure aussi attachante qu’atypique, tout comme l’agrément, incomparable, et les performances du 3.6 litres de 320 ch, à privilégier au « petit » 3.4 litres 300 ch « de base ». Avec son implantation mécanique en porte-à-faux arrière, son comportement demeure assez « déséquilibré », ce qui participe au charme de sa conduite. Elle offre une remarquable polyvalence et un confort très honorable pour une sportive, à condition de composer avec ses deux places arrière riquiqui. Multiples déclinaisons, 4×4, Targa, Cabriolet, S…

FIABILITE 3/4
Le passage au refroidissement par eau n’a pas été bien maîtrisé et si les problèmes moteurs sont demeurés rares, et ont depuis été résorbés, ils ont grevé la réputation de cette 911. Le 3.6 est un peu moins touché.

  • Moteur 3.4/3.6 litres : des casses liées à des défauts de conception ou de fabrication, en particulier sur la chaîne de distribution dont un élément est sous-calibré ; des cylindres qui se fendent ; des poussoirs hydrauliques perméables ; joint spi fragile en sortie de vilebrequin ; des culasses fissurées ; refroidissement moteur (pompe à eau en particulier).
  • Des bobines d’allumage fissurées, des vases d’expansion fendus et des débitmètres remplacés.

Exemples d’annonces
Carrera 3.6, 2001   115 000 km    29 900 €

 

FacebooktwitterpinterestlinkedinmailFacebooktwitterpinterestlinkedinmail

Pour consulter l'article original et complet, cliquez ici.

Suivez-nous…

Catégories

Archives

Amazon business

Audible