Vous êtes ici : PassionPorsche > 01 - Modèles > Modèles de série > 911 [depuis 1964] > 911 911 [1964 - 1989] > 911 Série 0 [Millésime 1965/1967]

911 Série 0 [Millésime 1965/1967]

The return of the Number 57

The Porsche 901 is a legend. That’s because it was the forerunner of the 911. In the autumn of 1963, Porsche presented the 901 as a show car at the IAA.

FacebooktwitterpinterestlinkedinmailFacebooktwitterpinterestlinkedinmail

Pour consulter l'article original et complet, cliquez ici.

Actualité : RM Sotheby’s : une Porsche 901 cabrio à Rétromobile

Le 8 février prochain à l’occasion de sa vente organisée dans le cadre du Salon Rétromobile, RM Sotheby’s proposera aux enchères un superbe plateau…

FacebooktwitterpinterestlinkedinmailFacebooktwitterpinterestlinkedinmail

Pour consulter l'article original et complet, cliquez ici.

Video: A history of the Porsche 911 Targa

 

In 2017, the Porsche 911 Targa – the original open top Neunelfer – will reach its 50th birthday, a remarkable milestone for a model that was originally devised to meet safety regulations that were, ultimately, never implemented.

To celebrate the upcoming anniversary, we’ve decided to look back over the Targa’s half a century of history in our latest video, taking you through the evolution of the model from 1967 right through to the latest 991.2 Targa 4S.

screen-shot-2016-12-08-at-12-28-56

Our five-minute flick also stars a 1974 Porsche 911 Targa from esteemed specialist, Canford Classics, the original impact bumper iteration showing how the latest open-top Neunelfers has both changed and been inspired by Zuffenhausen’s iconic roll hoop design.

We’ve put the two idiosyncratic roof systems to the test too and, if you missed our road trip with the 991.2 version in Total 911 issue 142, Features Editor, Josh gives you his opinion from behind the wheel of the new 911 Targa to see if turbocharging has improved the alfresco driving experience.

For more of the latest and best Porsche 911 videos, check out our dedicated film section now.

screen-shot-2016-12-08-at-12-40-25

FacebooktwitterpinterestlinkedinmailFacebooktwitterpinterestlinkedinmail

Pour consulter l'article original et complet, cliquez ici.

911S 1967 : haute couture

911-S-1967La 911S est la voiture de sport par excellence. Redoutable compétitrice dans des épreuves difficiles par sa robustesse légendaire, elle pouvait aussi, avec les bonnes options, se métamorphoser en une GT luxueuse et puissante, capable de rivaliser avec les meilleures de la production mondiale. C’est dans cette configuration que son premier propriétaire Italien avait choisi à l’époque de commander notre modèle d’essai.
Texte Hilaire Photos Frank Camuzat

Les premières études du projet de la 901 datent de 1956. Rares sont les voitures qui ont vu autant d’ingénieurs prestigieux se pencher sur leur gestation ; Ferry Porsche, Ferdinand Piëch, Butzi ou Erwin Komenda pour n’en citer qu’une poignée. Après avoir brièvement imaginé une carrosserie à trois volumes qui à quatre places, il avait été décidé de reconduire sur cette voiture entièrement nouvelle l’architecture de la 356, avec un moteur en porte-à-faux arrière, et la conception classique d’une voiture de sport 2+2. Ferry voulait une 911 plus habitable que la 356, mais tenait beaucoup à ce que l’empattement n’excède pas 2,20 m pour préserver la vivacité d’une GT compacte.

Tout dans la nouvelle voiture a été fait pour gagner de la place. Ainsi, pour augmenter la capacité du coffre à bagages et abandonner une ligne plongeante, la nouvelle suspension avant de type McPherson constituée de bras oscillants transversaux et de jambes de force sera dessinée afin de ne pas former une trop grande enclave dans le compartiment, ce qui permettait de positionner le réservoir d’essence très bas et la roue de secours directement à plat sur le plancher. C’est à ce même niveau qu’est placé le boîtier de direction à crémaillère, le pignon situé dans l’axe médian du véhicule, ce qui améliore la sécurité et simplifie la production quel que soit le marché, qu’il soit à conduite à gauche ou à droite.

L’habitacle a aussi été étudié pour offrir un volume et une répartition des masses optimaux, les sièges avant positionnés exactement à mi-distance entre les deux essieux. Le châssis en acier offrait la grande rigidité qui permettrait la production d’un éventuel cabriolet, la suspension avant se basait sur une paire de barres de torsion longitudinales et une barre stabilisatrice qui contrecarrait la tendance naturelle de la 911 à survirer. A l’arrière, c’était bras oscillant et barre de torsion transversale. Les amortisseurs sont situés à l’extrémité des longs bras de levier, de sorte que leur course est plus longue que celle des roues.

Retrouvez l’intégralité de l’article dans le n°33 en vente en ligne sur hommell-magazines.com.

Pour le moteur, c’est un six cylindres boxer de deux litres refroidi par air qui sera retenu. Il ne s’agissait ni plus ni moins que du huit cylindres de la Formule 1 de la marque, amputé de deux cylindres. Certains journalistes ont reproché à Porsche de ne pas avoir conservé les huit cylindres pour concurrencer les Ferrari, Jaguar ou Corvette. Mais l’opération aurait positionné la nouvelle Porsche dans un segment de prix sur lequel Ferry avait une certaine appréhension à s’aventurer. […]

 

FacebooktwitterpinterestlinkedinmailFacebooktwitterpinterestlinkedinmail

Pour consulter l'article original et complet, cliquez ici.

67-911S

FacebooktwitterpinterestlinkedinmailFacebooktwitterpinterestlinkedinmail

Pour consulter l'article original et complet, cliquez ici.

Suivez-nous…

Catégories

Archives

Nos partenaires