Warning: Use of undefined constant desc - assumed 'desc' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /home/passi997/public_html/www.passionporsche.fr/wp-content/plugins/adsense-explosion/adsensexplosionopt.php on line 421

Warning: Use of undefined constant json - assumed 'json' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /home/passi997/public_html/www.passionporsche.fr/wp-content/plugins/adsense-explosion/adsensexplosionopt.php on line 422
Vous êtes ici : PassionPorsche > Sur route > Modèles de série > 911 [depuis 1964]

911 [depuis 1964]

Porsche 911

Porsche détaille l’aérodynamique de sa 911 Turbo S en vidéo

Parce qu’il ne suffit pas d’avoir uniquement des chevaux sous le capot pour aller vite.

FacebooktwitterpinterestlinkedinmailFacebooktwitterpinterestlinkedinmail

Pour consulter l'article original et complet, cliquez ici.

La nouvelle Porsche 911 Turbo S et son flat 6 de 650 ch : pourquoi est-elle si puissante ?

Par Louis Arsonneau

Le mois dernier, Porsche dévoilait sa nouvelle Porsche 911 Turbo S sous sa version 992. Cette 911 est la plus puissante des 911 « civilisées », nous entendons ici que l’auto développe une puissance monstrueuse de 650 ch et pourtant, elle choie ses occupants dans un luxe et un confort hors-pair… ! Mais alors, quel est son véritable terrain de jeu ? Le circuit, les petites routes, l’autoroute ou les quartiers bourgeois ?

La firme de Stuttgart a décidé de mettre le paquet pour sa nouvelle 911 Turbo S ! Malheureusement, nombreux sont les clients qui n’ont pas pu profiter du dévoilement de la supercar allemande initialement prévu au salon de l’automobile de Genève, celui-ci ayant été annulé en raison de la crise du coronavirus.

Pour sa nouvelle 911 type 992 Turbo S, Porsche a revu son flat 6 3.8 l biturbo afin d’atteindre la puissance impressionnante de 650 ch, rien que ça ! De nouveaux turbocompresseurs à géométrie variable de plus grandes dimensions permettent d’accroître nettement le rendement et d’obtenir ces 650 ch. L’ancienne version type 991.2 développait, quant à elle, 580 ch, c’est donc un gain de puissance non négligeable.

Grâce au système PTM (Porsche Traction Management) amélioré, la boîte PDK à double embrayage peut transférer plus de couple aux 4 roues du véhicules, jusqu’à 800 Nm de couple maximal pour être précis, soit 50 Nm de plus que la version précédente.

Le châssis a lui aussi été amélioré et notamment avec le pack PASM (Porsche Active Suspension Management) qui permet de durcir l’amortissement des 2 roues se trouvant à l’extérieur d’un virage et d’abaisser les suspensions des 2 roues opposées afin de virer à plat.

La nouvelle Porsche 911 Turbo S est également disponible en version cabriolet
La nouvelle Porsche 911 Turbo S est également disponible en version cabriolet

La nouvelle Porsche 911 Turbo S a aussi demandé à ses ingénieurs un important travail sur l’aérodynamique. 

Le bouclier avant a fait l’objet d’une attention toute particulière au sein des bureaux de chez Porsche ainsi que l’aileron arrière.

En effet, ce bouclier avant a été revu par rapport à la version précédente et se dote des nouvelles modifications que l’on retrouve sur les autres modèles de la gamme 911 type 992.

Tout d’abord, les deux entrées d’air latérales se munissent chacune de trois volets amovibles qui modifient leur inclinaison en fonction de la vitesse et du mode de conduite sélectionné. Ces volets peuvent être ouverts afin de permettre à l’air de s’écouler vers les pneus et le système de freinage pour assurer un refroidissement efficace et également permettre à l’auto une meilleure pénétration dans l’air en réduisant la résistance au flux d’air. A l’inverse, lorsque ces volets sont fermés, l’air vient plaquer le véhicule au sol assurant une meilleure tenue du train avant.

Le spoiler avant, d’ailleurs agrandi de 10 mm par rapport à la version précédente, permet également à l’auto d’être plaquée sur l’asphalte lorsque celui-ci est déployé lors d’une conduite sportive.

 

A l’arrière, l’aileron s’adapte aussi aux conditions de conduite. Il se dresse à haute vitesse afin d’accroître l’adhérence de l’essieu arrière. Il s’abaisse légèrement à très haute vitesse pour gagner en vitesse de pointe. Il reste également déployé en mode « Wet » afin d’assurer une meilleure tenue de route sur sol humide. Enfin, au freinage, il fait aussi office d’aéro-frein en s’inclinant vers l’avant.

 

Toute cette technologie de pointe confère à cette nouvelle Turbo S une fiche technique digne des supercars les plus radicales avec un 0 à 100 km/h abattu en seulement 2,7 s (2,8 s sur la version cabriolet), de quoi talonner la fameuse Tesla Model S P100D, référence de ce genre d’accélération. Et pourtant, la 911 Turbo S n’est pas électrique.

Avec ses 650 ch, le bolide bondit en seulement 3 dixièmes de plus que l’incroyable Bugatti Chiron et ses 1 500 ch.

La nouvelle Porsche 911 Turbo S atteint une vitesse de pointe de 330 km/h.

Mais alors pourquoi la firme de Stuttgart a choisi d’augmenter la puissance de sa 911 Turbo S de 70 ch ?

La réponse est simple, cette 911 se soucie moins du poids et privilégie la puissance et la technologie pour atteindre des performances hors-normes. Il a donc fallu contrer la masse importante de l’auto : 1 640 kg pour le coupé et 1 710 kg pour le cabriolet, soit environ 40 kg de plus que la version type 991 phase 2.

 

La philosophie de la Porsche 911 Turbo a toujours été de prendre soin de ses occupants et se revendique comme la 911 la plus luxueuse. A l’instar de chaque génération, elle fait donc preuve d’encore plus de polyvalence, avec un confort amélioré et des performances surpassées.

La Porsche 911 Turbo est une voiture unique qui rivalise d’une part avec quelques supercars qu’on ira trouver en Italie par exemple et d’autre part avec de grosses GT pouvant évoluer à haute vitesse dans un confort royal. Cette 911 représente sans aucun doute le meilleur des deux mondes.

Les plus radicaux d’entre-nous devront se tourner vers les fameuses GT2 ou GT3 pour acquérir le brin de folie que la 911 Turbo ne possède pas.

Porsche a pour l’instant dévoilé uniquement sa 911 Turbo S et devrait présenter sa déclinaison plus sage Turbo très bientôt. Elle pourrait tout de même développer 600 ch.

En effet, comme vous l’avez sans doute remarqué, marketing moderne oblige, Porsche a choisi de présenter les modèles les plus puissants de ses gammes en premier (et donc les plus chers) et les versions moins puissantes par la suite.

Il vous faudra débourser pas moins de 221 135 € TTC pour vous offrir la nouvelle 911 Turbo S et 234 814 € TTC pour la version cabriolet. A ceci il vous faudra ajouter le tarif de quelques options si vous le souhaitez mais cette 911 est plutôt bien équipée de série.

FacebooktwitterpinterestlinkedinmailFacebooktwitterpinterestlinkedinmail

Pour consulter l'article original et complet, cliquez ici.

Porsche 911 Turbo S – Un aérodynamisme adapatif

Comme pour les modèles précédents, la nouvelle Porsche 911 Turbo S est équipée d’une aérodynamique variable. Avec la nouvelle lèvre de spoiler avant réglable à plusieurs niveaux et l’aileron variable, le système offre non seulement des avantages aérodynamiques, mais aussi une stabilité de conduite, une efficacité et des performances de conduite améliorées. Aérodynamique adaptative, …

FacebooktwitterpinterestlinkedinmailFacebooktwitterpinterestlinkedinmail

Pour consulter l'article original et complet, cliquez ici.

Introducing The Hottest 992-Gen Porsche 911 Yet

Its designer was inspired by the ’73 RSR 2.8.

FacebooktwitterpinterestlinkedinmailFacebooktwitterpinterestlinkedinmail

Pour consulter l'article original et complet, cliquez ici.

Souvenir : essai Porsche 911 (997) Turbo Cabriolet

« Nous vous connaissons bien, nous avons confiance, les routes sont superbes et la voiture extra. Alors, n’hésitez pas à vous faire plaisir ». En gros, mettez du gaz et kiffez. Le discours du service communication Porsche donne le ton. A quelques encablures de Francfort, au printemps 2006, sous un soleil radieux, mon confère Nicolas Briouze et moi choisissons un modèle rouge vif évidemment associé à une boîte manuelle à six vitesses. Dès les premiers hectomètres, nous sommes ahuris par la souplesse d’utilisation lors de traversées de village à moins de 40 km/h sur le quatrième rapport. Dingue ! Comme nous l’avait promis le service com’ Porsche, les routes commencent à serpenter légèrement et grimper au travers de jolies collines avec, toutefois, une circulation relativement soutenue. Qu’importe, en tombant une seule vitesse de la boîte au maniement parfait avec, en accompagnement, une légère pression sur la pédale de droite et les indélicats qui respectent les 100 km/h autorisés en Allemagne sur le réseau secondaire ne sont que des petits points dans les rétroviseurs. Les 480 ch annoncés sont, comme toujours chez Porsche, bel et bien-là. A l’époque, cette cavalerie impressionnait. En tout cas, ceux qui étaient subjugués voire horrifiés par cet ovni rouge décapoté transportant deux idiots, concentrés quand même, le couteau entre les dents, doublant tout ce qui roule, à des vitesses inavouables, ce sont bien les malheureux qui ont choisi de prendre la même route que nous. J’exagère car, comme toujours, nous avions une marge “sécuritaire” indispensable à la santé mentale du passager et aussi, bien évidemment, aux “autres”. Toutefois, il faut imaginer qu’il y avait une quinzaine de …

 

FacebooktwitterpinterestlinkedinmailFacebooktwitterpinterestlinkedinmail

Pour consulter l'article original et complet, cliquez ici.

Suivez-nous…

Catégories

Archives

Carte grise

OSCARO