Vous êtes ici : PassionPorsche > Articles by: The Automobilist
The Automobilist

The Automobilist

Cars, News, Passion.

Porsche 718 Boxster Spyder 2020 : Le teaser est lancé

Voilà déjà de très nombreux mois que nous parlons de cette version radicale et sportive de la Porsche 718 Boxster. Depuis bien plus d’une année, nous avons été abreuvés de spyshots, de vidéos prises sur le Nürburgring et surtout de discussion enflammée autour de son groupe propulseur qui ne sera pas un flatfour suralimenté mais bel et bien un flatsix atmosphérique.

La 718 Boxster Spyder 2020 s’annonce enfin officiellement dans un petit teaser vidéo mis discrètement en ligne par le constructeur de Zuffenhausen cet après midi.
Ne vous attendez pas à découvrir le spyder allemand dans ce petit clip, tout juste l’aperçoit-on très brièvement durant les 15 secondes du clip.

Le teaser vidéo

Ce teaser confirme en tout cas les rumeurs qui veulent que la 718 Boxster Spyder 2020 soit dévoilé dans le courant de la semaine prochaine puisqu’on annonce que la nouvelle Porsche 718 Cayman GT4 Clubsport 2020 sera présentée lors du Festival of Speed qui se déroulera à Goodwood du jeudi 4 au dimanche 7 juillet prochain.

Une vidéo de la 718 Boxster Spyder en test de mise au point, il y a quelques jours sur le Nürburgring.

Tout cela demande une ou plusieurs confirmations officielles et il faudra encore patienter quelques jours pour en savoir plus.
Alors cette 718 Boxster Spyder, avec le flatsix 3.8 L ou 4.0 L atmosphérique ?

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedinmailFacebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedinmail

Pour consulter l'article original et complet, cliquez ici.

Porsche Boxster Bergspyder 2015 : Hommage à la 909 Berspyder

En ce premier jour de juin, le constructeur de Zuffenhausen nous fait une petite surprise en dévoilant un modèle inconnu, la Porsche Boxster Bergspyder.
Une sportive unique, dérivée du Boxster et du Cayman GT4 auquel elle emprunte toute la partie mécanique qui fut développée en interne. Une voiture hommage à une Porsche de la fin des années 60, la 909 Bergspyder qui eut une brève carrière qui marqua les esprit par sa finesse, ses performances et surtout sa légèreté plus que par ses succès en course.

Porsche 909, qui es tu ?

Le projet Porsche 909 ne visait pas en 1968 à créer une auto surpuissante mais plutôt une sportive qui s’inspirerait de la « philosophie automobile » d’un certain Colin Chapman.
A l’époque du coté de Weissach, on sait faire des autos dont la puissance est importante mais on peine à faire des sportives un peu plus légère que celles qui étaient alors créées et développées.
Avec le projet 909, Porsche mettait sur le cap vers le « Light is right ». Porsche parvint à obtenir ce qu’il voulait, une sportive certes puissantes mais surtout légère. Cette réussite fit d’ailleurs longtemps dire que le fondateur de Lotus avait travaillé sur cette voiture. A priori, il n’en fut rien.
Cette 909 surnommée « Bergspyder » était une voiture de type roadster (ou barquette) qui devait participer aux courses de côte du réputé championnat d’Europe de la montagne dès la saison 1968.
Hélas, la sportive, pilotée par Rolf Stommelen, ne fut engagée que dans deux épreuves du championnat, à savoir les courses de Gaisberg en Autriche et du Mont Ventoux en France en fin de saison.

Cette Porsche 909 était extrêmement légère, même un peu trop si on en croit les propos des pilotes qui ont pu conduire un des deux exemplaires fabriquées par le constructeur allemand.

Surnommée « Plastic Porsche« , à cause de sa carrosserie cette 909 Bergspyder était propulsée par un flat-eight (H8, Boxer 8, 8 à plat, c’est comme vous voulez) développant la puissance de 275 ch. Ce moteur venait du service Porsche Compétition et officiait généralement sous le capot des F1.
La voiture pesait seulement 420 kg mais le bon Ferdinand Piëch affirmait alors que la masse réelle ne dépassait pas les 375 kg mais ces dires ne furent jamais vérifiés et selon, les source, la 909 pèse en 375 et 420 kg.
Le rapport poids/puissance devait être de l’ordre de 1.4 kg/ch si on en croit les documents internes, ce qui place le poids aux environs de 384-388 kg.
Si on connait pas précisément la Vmax de la 909, sachez qu’elle était annoncée en moins de 2.0 secondes sur l’exercice du 0 à 100 km/h.


Cette Porsche doit son faible poids à l’utilisation de matériaux très légers (coque en plastique, chassis tubulaire en aluminium) et à son équipement minimaliste (un pédalier, un volant, un siège baquet, un levier de vitesse et un arceau minimaliste).
Bien que légère, suffisamment puissante et dotée d’un chassis prévu pour la course, les pilotes assuraient que si la voiture poussait fort et freinait très bien, elle avait une tenue de route difficile et même rétive lorsqu’elle était menée au maximum de ses capacités.
Les pilotes lui préféraient la 910 Bergspyder « plus aboutie » et plus facile puisque plus ancienne d’une bonne année.
La Porsche 909 Bergspyder est restée dans l’histoire de la marque à cause de sa conception et par le fait qu’elle ne fut visible en course qu’entre la fin de l’été 1968 et le printemps 1969.

Les deux exemplaires de la 909

Une 981 qui se prend pour une 909

En 2015, la direction de Porsche charge quelques ingénieurs qui travaillent à Weissach de construire le Boxster ultime. Porsche veut une sportive radicale, minimaliste et pêchue. C’est comme ça que naît le projet Boxster 981 Bergspyder.
Les personnes en charge du développement de ce projet sont partis d’un Boxster 981 sur lequel ils ont enlevé tout le superflu et tout ce qui peu faire penser au confort, même le pare brise d’origine a disparu pour laisser place à une version « saute vent » uniquement installée en face du pilote.
Cette 981 Bergspyder se doit d’être à l’image de son aînée, puissante et légère.
La place du passager a bien évidemment été supprimée, transformée en espace de rangement pour un casque et un sac puis recouverte d’un couvre tonneau rigide.
Pour l’allure et l’aérodynamique, la Porsche profite de deux bossage situés de part et d’autre du flatsix qui se laisse voir au travers d’une grille grise foncées.
Le pilote n’a droit qu’au service minimum avec un tableau de bord minimaliste, un volant, un levier de vitesse qui commande la BVM6, un siège baquet signé Porsche et un arceau de sécurité.
La 981 Bergspyder a été développée en employant un maximum de matériaux ultra-légers afin de gagner du poids.
Si ce Boxster Bergspyder de 2015 gagne bien des kilogrammes, il reste encore à des lustres de la 909.
En effet, le modèle atteint désormais le poids de 1.099 kg (~465 kg de moins qu’un Boxster de série) mais il est encore à 715 kg du modèle de 1968.
Les photos permettent de constater les différences de gabarit notamment dues à l’instauration de vraies normes de sécurité sur les autos, qu’elles soient ou non sportives.

La Porsche 981 Bergspyder 2015 fait le forçing coté motorisation puisqu’elle est propulsée par le flatsix 4.0 L atmo du Cayman GT4. Elle dispose ainsi de 385 ch à 7400 trs/min et de 420 Nm à 4.750 trs ce qui doit assurer une belle sportivité puisque la Porsche revendique un rapport poids/puissance de seulement 2.85 kg/ch [ndla : 3.48 kg/ch pour le Cayman GT4)
La transmission est assurée par une classique BVM6 associée à un pont autobloquant comme sur la version GT4.

Cette Porsche Boxster 981 Bergspyder est et restera ce que l’on appelle un One Off. Aucune production ne fut annoncée ou lancée en 2015, alors en 2019, à l’heure de l’électricité « triomphante », il est inutile de penser à la mise en fabrication d’une telle auto, même en petite série.
Cet exemplaire unique va prendre rapidement la direction du musée Porsche où elle rejoindra la 909 Bergspyder qui y est déjà exposée.
Sachez toutefois que ce modèle fera en apparition à la rentrée lors de la montée de la course de cote de Gaisberg en Autriche.

Pour une petite découverte vidéo de la 909 Bergspyder c’est par là

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedinmailFacebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedinmail

Pour consulter l'article original et complet, cliquez ici.

Porsche : Des perquisitions au siège pour une affaire de corruption

En ce début de semaine, des perquisitions ont eu lieu dans les bureaux de Porsche AG en Allemagne. Celles-ci ont été menées dans le cadre d’une enquête ouverte autour d’une affaire de corruption.
Que les choses soient claires, ces perquisitions et cette procédure diligentée par le parquet stuttgartois n’on rien à voir avec les effets et dommages co-latéraux du Diesel gate.

Dossier fiscal et corruption

On a appris que des informations très confidentielles (et probablement technologiques) auraient été fournies à un conseiller fiscal et que, bien évidemment, des rémunérations importantes auraient été versées à un membre du comité d’entreprise du constructeur de Zuffenhausen.

Ainsi ce sont quelques 176 inspecteurs de la police et du fisc accompagnés par 10 magistrats qui ont fouillé les bureaux de Porsche AG à Weissach, mais aussi ceux installés à Stuttgart, les bureaux d’un important conseiller fiscal local et les bureaux des autorités financières de la région du Bade Wurtemberg.

Si on en croit la justice allemande, des hauts responsables et dirigeants de Porsche sont soupçonnés d’avoir enfreint les obligations fiduciaires en accordant des paiements disproportionnés ou incompatibles avec sa fonction à un membre du comité d’entreprise.
Par ailleurs, les services de police font savoir qu’un responsable du fisc est soupçonné d’avoir fourni des informations confidentielles à un conseiller fiscal de Porsche AG en échange de nombreuses et onéreuses faveurs.

L’affaire est à suivre car elle pourrait impliquer des dirigeants actuels et passés de la prestigieuse firme automobile.
Ce nouveau dossier judiciaire fait suite à celui du Diesel gate pour lequel Porsche a été condamné par le tribunal de Stuttgart, il y a deux semaines, à payer une amende de 535 millions d’euros pour « manquement au devoir de surveillance pour des véhicules dont les émissions de NOx ne correspondaient pas aux normes ».

Via AP, Reuters.

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedinmailFacebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedinmail

Pour consulter l'article original et complet, cliquez ici.

Dieselgate : Une forte amende pour Porsche

Débutée en septembre 2015, l’affaire du Dieselgate n’en finit pas toucher les dirigeants et les marques du groupe Volkswagen.
En 2018, l’enquête sur les fameux moteurs diesel truqués du groupe Volkswagen avait permis aux services de la justice allemande d’infliger à Audi une amende de 800 millions d’euros.
En 2019, la même procédure judiciaire va contraindre Porsche à mettre la main au porte monnaie puisque la firme de Zuffenhausen vient d’être contrainte par le parquet stuttgartois de payer une contravention d’un montant de 535 millions d’euros pour « manquement au devoir de surveillance pour des véhicules dont les niveaux d’émissions de NOx ne correspondaient aux normes en vigueur ».

535 millions d’euros pour un V6 3.0 L diesel

Porsche se voit donc condamné parce qu’il a commercialisé durant de très nombreux millésimes des véhicules propulsés par le fameux moteur diesel V6 3.0 L TDI né chez Audi.

Ci dessous le fameux V6 3.0 L Diesel

L’affaire est somme toute logique puisque ce moteur diesel 3.0 L est le plus incriminé, avec le L4 2.0 L TDI, dans ce scandale qui rappelons le coûte une fortune au groupe automobile allemand puisqu’on estime au moins à 30 milliards les provisions financières qui ont du être passées par Volkswagen depuis bientôt 4 ans.
Ainsi entre Porsche et Audi, ce sont près de 1.55 milliards d’euros d’amende qui ont été payées en Allemagne.

Les suites judiciaires du Dieselgate ne sont pas finies

Le paiement de cette condamnation met fin aux poursuites judiciaires engagées par le parquet mais pas à celles engagées par des particuliers, des entreprises, des collectivités locales et des class-actions ne sont pas interrompues.
Pour mémoire, une des class-actions qui est engagée dans une procédure contre le groupe industriel allemand compte plus de 372.000 plaignants…
Ces dernières risquent fort de coûter encore très cher à VAG dans les prochaines années tant en Europe qu’aux USA. Les dirigeants du groupe industriel de Basse Saxe doivent s’attendre à devoir encore « taper dans la caisse » pour dédommager les plaignants et régler les futures amendes.
Dans cette affaire du Dieselgate, on suivra aussi le cas Martin Winterkorn, le PDG du groupe Volkswagen au moment du scandale, qui est accusé d’avoir eu connaissance de l’affaire des logiciels tricheurs dès le début de l’année 2014 sans en avoir informé les régulateurs ou les consommateurs.
Avec quatre autres personnes du staff de direction de l’époque, il est par ailleurs mis en examen pour concurrence déloyale, détournement de fonds, évasion fiscale et faux témoignage. 

Affaire à suivre.

Via AP, Le Monde, Le Parisien

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedinmailFacebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedinmail

Pour consulter l'article original et complet, cliquez ici.

Porsche : La collection Ingram en partie détruite

Il y a 4 jours, une explosion due au gaz a en grande partie détruit le
Durham’s Studebaker Building dans la ville de Durham en Caroline du nord aux Etats Unis.
L’affaire pourrait en rester là même si on compte un mort et une quinzaine de blessés mais ce bâtiment abritait la plus importante collection Porsche des USA dont bon nombre d’exemplaires uniques.

Une des plus grandes collections Porsche détruite

La plus grande collection de Porsche des Etats-Unis compte au moins 80 modèles rares et historiques de la firme de Zuffenhausen.
A cause de l’explosion et de l’incendie qui s’en est suivi, la toit de l’entrepôt s’est effondré ainsi qu’une partie des murs sur les voitures qui étaient soigneusement garées et exposées dans ce lieu prisé par les porschistes et les amateurs de belles autos.
Peu d’éléments ont été communiqués pour l’instant et il est toujours très difficile de savoir combien de véhicules ont été partiellement détruits et ceux qui seront probablement irréparables.
Toutefois les autorités locales ont laissé entendre qu’une petite partie de la collection pourrait probablement être récupérée et sauvée.
Aucun chiffre officiel n’a été donné mais le Durham’s Studebaker Building s’est effondré sur plus de la moitié de sa surface totale ce qui laisse peu d’espoir pour récupérer un maximum de voitures.
Selon les médias locaux, entre 20 et 25 autos seraient sauvables, mais pour les 60 autres rien est annoncé. Il faudra probablement attendre le passage des experts et assureurs pour savoir ce qui reste de la Collection Ingram.

A la découverte de Bob Ingram et de sa collection

Partenaire de longue date avec le distributeur Porsche Southpoint, Bob Ingram avait réalisé il y a 3 ans, une vidéo dans laquelle il parlait de sa passion pour les Porsche et sa collection. Pour vous faire une idée, c’est par là.

A suivre dans les prochains mois.

Via SpectrumNewsRDU, WUNC, Twitter, Porsche Southpoint, Youtube.
Crédit photo : GoogleMap.

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedinmailFacebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedinmail

Pour consulter l'article original et complet, cliquez ici.

Suivez-nous…

Catégories

Archives

Nos partenaires